« Rapprochons-nous »… Mireille Dollard, DRH SNCF, revient sur son séminaire.

L’enjeu de ce séminaire solidaire pour moi c’était de réussir à créer un collectif soudé, travaillant plus en transversalité. Pour l’équipe, c’était l’opportunité de mieux se connaitre : en effet plus de la moitié des collaborateurs est arrivée il y a moins d’un an dans l’équipe et les portes des bureaux qui restent fermées ont une incidence sur la qualité de la production (doublons, méconnaissance du « qui fait quoi »..). Affirmer l’intérêt d’un travail en équipe ou demander à avoir un esprit d’équipe ne suffit pas à les voir s’installer.

La proposition de Ça me regarde : une journée utile à une association + un atelier de transformation le lendemain

J’ai saisi le séminaire solidaire comme une vraie opportunité à la fois de faire œuvre utile et de se découvrir mutuellement sous un nouveau jour. Mais pour créer les fondements d’un collectif solidaire il m’est apparu nécessaire d’aller plus loin et de travailler avec l’équipe sur nos valeurs à partir de notre expérience collective auprès de la communauté Emmaüs.

Au début, je doutais de l’intérêt de travailler avec Ça me regarde pour l’animation du 2ème jour. J’étais convaincue de la nécessité d’une animation neutre mais pourquoi Arnaud ou son équipe ? Je me suis cependant aisément laissée convaincre et n’ai pas eu à le regretter. Pourquoi me direz-vous ? S’il n’y avait pas eu cette aide bienveillante, j’aurais sans doute été tentée de consacrer la majeure partie du travail en groupe à la construction de plans d’actions pour aller directement à la recherche de performance, alors que là, j’ai laissé faire et j’ai accepté de laisser le temps nécessaire à l’expression des valeurs pour créer les fondations du collectif. Nous ferons dans un deuxième temps ce travail de construction de feuilles de route et de plans d’actions. C’est assez inédit car on ne prend jamais ce temps pour réfléchir à nos valeurs, celles de l’entreprise s’imposent naturellement à nous. Avec ce travail on saura mieux incarner nos valeurs car on les a mûris ensemble et on les a définies après une expérience solidaire qui crée notre référence commune.

Le Jour 2 est indispensable si on veut mettre en valeur ce qui s’est créé dans le collectif le jour 1 en travaillant ensemble et sur nous-mêmes. Et depuis ?  Les portes s’ouvrent progressivement, nos valeurs sont affichées dans les bureaux, les petits déjeuners se multiplient, le travail en commun se développe. « Rapprochons-nous » est la signature de notre entreprise, elle est aussi pleinement devenue celle de l’équipe.

Mireille Dollard
DRH de SNCF Mobilité de Paris Sud Est

 

2017-03-16T07:41:25+00:00

Laisser un commentaire