Journées d’immersion solidaire : facteur de QVT

Christophe ANDRE, Directeur RSE chez Sanofi Pasteur, nous partage sa vision des journées solidaires en immersion.

De plus en plus d’entreprises mettent en place des journées solidaires pour leurs collaborateurs. Un moyen innovant pour faire vivre une démarche RSE, favoriser l’engagement des collaborateurs, être à l’écoute des besoins des associations locales, donner l’opportunité à ses collaborateurs de prendre un temps de recul et d’accomplir une action responsable, solidaire et citoyenne.

Mais quel est le gain pour l’entreprise ? Pour moi, il se mesure à plusieurs niveaux :

Ces journées dégagent un enthousiasme, un engagement , une énergie insoupçonnée chez les collaborateurs, qui, s’ils étaient peut être curieux ou sceptiques a priori, en ressortent motivés à bloc. 

Les collaborateurs viennent « comme ils sont » : plus de hiérarchie, de positionnement, de posture, on est dans l’authentique, on revient à l’essentiel : l’Humain.

L’occasion de découvrir et connaitre d’autres collaborateurs, prendre des contacts dans d’autres services, départements ; au-delà de l’aspect « réseau », cela devient clé dans des entreprises où les gens subissent de plus en plus « les process », se parlent de moins en moins, on est dans l’ère du digital. Qui ne s’est jamais trouvé bloqué devant son écran par une application, un process ? Dans ces cas-là, c’est très bien d’avoir rencontré un collègue aux achats quand on ne sait pas faire fonctionner la nouvelle appli. interne pour gérer les fournisseurs, et les commandes ; idem pour l’informatique, la compta, mais aussi le contrôle qualité quand vous n’avez pas de nouvelles sur la date de libération de votre lot de produit. Ces journées décloisonnent l’entreprise, permettent au collaborateur d’être plus agile, autonome, donc plus à l’aise dans son job. Cela dit, ce dernier point relève plus de l’argument complémentaire que de la raison principale pour laquelle les entreprises mettent en place ces dispositifs de journées solidaires : l’utilité à l’association.

Au-delà de la « bonne action réalisée » lors ces journées, les collaborateurs se sentent bien, se sentent mieux. Il n’y a qu’à entendre les discussions à la machine à café le lendemain. Et c’est là le plus important, les gens se parlent naturellement, interruption momentanée de la communication digitale, du mail, du Skype, du sms, on revient à la communication vraie, authentique. Ces journées favorisent donc un environnement plus humain, plus solidaire, s’inscrivant donc complètement dans une démarche QVT (Qualité de Vie au Travail).

2017-08-28T17:47:24+00:00

Laisser un commentaire