A votre avis, comment s’inspirait Rodin ?

En quittant la salle de cinéma hier soir, je ressors riche de la découverte de cet homme, de cette histoire avec Camille Claudel, de cette volonté quasi animale de « vouloir créer vrai » à tout prix, de ce respect illimité de la matière et de la forme… A un moment du film, Rodin est interrogé sur son inspiration, sur ce qu’il met en place pour faire naître l’inspiration… Rodin répond, quasi instinctivement, la larme à l’œil d’émotion, en trois points : les modes de construction des nuages, la forme et la structure des troncs d’arbres et les traces que laissent sur leur passage les escargots… Un beau moment de cinéma pour moi. Arnaud Fimat

Et vous, comment inspirez vous votre équipe ? Si Albert Einstein disait qu’on ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré, on comprend alors toute l’importance, dans le management d’une équipe, à s’ouvrir sur l’extérieur, sur l’autre, sur l’inconnu, à sortir de ses propres frontières, à dépasser ses croyances… Ce que quelque part fait Rodin en scrutant le ciel pour trouver la forme parfaite pour Le Monument à Balzac ou Le Penseur.

Le séminaire solidaire permet à l’équipe de s’inspirer, de se découvrir différemment, de se parler autrement. Cette expérience gomme naturellement la hiérarchie et les a priori pour laisser place à plus d’authenticité entre les collaborateurs, à des relations plus vraies. La rencontre avec l’association et ses bénéficiaires, l’utilité concrète, la notion de chantier manuel réveillent à la fois l’envie de se dépasser, l’entraide, l’empathie et permettent un nouveau souffle pour l’équipe.

 

2017-06-07T06:28:18+00:00

Laisser un commentaire