RETOUR D’EXPÉRIENCE – Les mots de l’association GAÏA

L’empreinte de « Ça Me Regarde » et de ses séminaires solidaires sur un établissement social, comme le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale Saint François, à Annecy, est des plus inimaginables, improbables, insoupçonnables. Et pourtant, ils le font avec brio, enthousiasme et efficacité.

Deux univers se rencontrent, le temps d’un après-midi : les cadres de BNP Paribas et les résidents du CHRS. A peine 3 heures plus tard, les premiers se sont découverts des compétences de créativité, d’être ensemble et d’adaptation pendant que les seconds découvrent du mobilier de jardin en palettes, drôlement joli et pratique, apprécient les ballotins de chocolat (malgré l’atmosphère caniculaire de juin dernier), ainsi que le couloir du 2ème étage repeint à neuf !

Les traces matérielles du savoir-faire de « Ça Me Regarde » et des différents intervenants se gravent longtemps sur les murs et dans les esprits. Chacun d’entre nous, travailleurs sociaux, cadres de banque et résidents, s’est retrouvé dans le même espace autour d’un sens partagé de la Solidarité, au-delà de son statut social, de son histoire de vie et du motif de sa présence sur le CHRS ce jour là.

Alexandra Lubrani
Association GAÏA – Pôle Hébergement
http://gaia74.wix.com/association-gaia

2017-08-28T10:22:14+00:00

Les commentaires

  1. dina 8 août 2017 à 9 h 17 min - Répondre

    cela est une super idée! j’imagine que ce moment a été une bonne opportunité d’échange, de découverte, qui a peut être permis d’éliminer certains préjugés par rapport aux personnes habitants dans les CHRS et par rapport aux personnes qui travaillent dans les banques!!!!

    • Arnaud Fimat 8 août 2017 à 10 h 10 min - Répondre

      Effectivement Dina, nous avions eu un autre témoignage marquant d’un résident d’une structure CHRS à la fin d’une journée solidaire « peinture » au bénéfice du SamuSocial de Paris où Pascal a conclu l’expérience en disant : « Si de mon coté j’ai changé d’avis sur les banquiers, j’espère aussi que vous repartez avec une autre image des gens de la rue. »

Laisser un commentaire