Corpoworking : le coworking à l’abordage des entreprises

En France, le coworking a, depuis quelques années déjà, acquis ses lettres de noblesse. A ce jour, on dénombre pas moins de 500 tiers lieux à travers le pays. Hébergeant des travailleurs indépendants séduits par ce mode de travail innovant, ces nouveaux espaces regorgent d’avantages.
Des bénéfices qui n’ont pas manqué de taper dans l’œil des directeurs des ressources humaines de certains grands groupes. Et cette question de les tarauder : si ces espaces de coworking ont tant de vertus pour la créativité et l’aboutissement des projets des start-upers, pourquoi ne les auraient-ils pas pour mes salariés ? D’où l’idée d’implanter des lieux de travail partagé au sein de l’entreprise : ainsi est né le corpoworking.

Corpoworking ou le coworking en entreprise

Si l’on devait donner une brève définition du corpoworking, on dirait que c’est le développement du coworking au sein d’une entreprise, par et pour les salariés.

Mais une fois que l’on a dit ça, est-on vraiment plus avancé ? Concrètement, comment ça marche ? Pourquoi le mettre en place ? Qui est concerné ? Et, last but not least : pour faire quoi ?

Car la démarche est plus complexe qu’il n’y paraît : elle relève à la fois d’un changement d’habitat et d’habitudes.

Un changement d’habitat d’abord. Car l’un des principes fondamentaux du corpoworking, c’est bien de sortir physiquement le salarié de son bureau ou de son openspace. Et pour cela, de créer des espaces de vie et de travail partagés.

Mais un changement d’habitudes surtout. Parce qu’au delà de répondre à un certain besoin de nomadisme des travailleurs, le but est également d’instiller un réflexe de transversalité dans la tête des salariés, de favoriser l’inspiration par la rencontre fortuite, la création par l’ouverture à la différence, la synergie par le partage d’information, l’innovation par l’échange et l’expérimentation.

Chacun s’y retrouve. Côté salarié, cet espace de liberté et de flexibilité, dans un monde du travail parfois (souvent) régit par une certaine lourdeur administrative et hiérarchique, agit comme un véritable antidote à la monotonie.

Côté entreprise, la création d’espaces de corpoworking, mais également l’animation spécifique du lieu et des communautés qui s’y créent, permettent de rebooster la motivation des troupes. Mais également de rester attractifs. Commercialement et surtout auprès des futures recrues.

Le corpoworking : une expérience à diffuser ?

Si la tendance est plutôt jeune –2010 pour les plus anciens espaces de corpoworking, le retour d’expérience de grandes entreprises, à l’image d’Orange avec la Villa Bonne Nouvelle, ou encore Le Tank chez Spintank, autorise à penser que ces initiatives vont dans le sens d’un meilleur être au travail. A certaines conditions cependant.

Premièrement, la mise en place et la pérennisation de cette nouvelle forme d’organisation du travail doivent faire l’objet d’une co-conceptualisation avec les salariés eux-mêmes et répondent à un projet d’entreprise en cohérence.

Deuxièmement, l’expérimentation et la fréquentation du tiers-lieu ne peuvent pas être imposées au salarié. L’esprit de liberté est inhérent à ces espaces de travail, y contrevenir avorterait les chances de réussite de l’initiative.

Troisièmement enfin, les équipes test doivent bénéficier d’un accompagnement. En amont, car il n’est pas toujours simple de rompre avec des années d’habitudes professionnelles. Pendant : ces lieux ne peuvent pas s’autogérer. Pour l’après, parce que l’expérience ne doit pas s’arrêter aux portes de l’espace de corpoworking.

Pour conclure, et selon notre point de vue, ces espaces mettent au cœur de leur existence l’idée que la richesse pérenne naît de l’ouverture aux autres. Une idée qui entre en résonance avec nos valeurs.

>> Pour aller plus loin :
Villa Bonne Nouvelle, les collaborateurs Orange s’adonnent au corpoworking

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir tous nos articles :

2018-02-01T07:08:54+00:00

Un commentaire

  1. Isabelle CARTIER 1 février 2018 à 13 h 06 min - Répondre

    Merci pour ce partage très intéressant pour stimuler la transversalité et la créativité dans les modalités de travail.

Laisser un commentaire