Le solidaire pour dépoussiérer le séminaire d’intégration

Un baiser maladroit, un rendez-vous rocambolesque… Dans la vie, il y a des premières fois pas toujours très réussies, que l’on raconte après coup avec tendresse ou (et) toute l’autodérision que nous permet le défilement salutaire des année.

Des événements qui marquent, et sont parfois déterminants pour la suite de notre parcours.

Comme pour cette amie, qui nous racontait récemment la première journée de sa récente prise de poste, durant laquelle elle s’était sentie aussi bien reçue qu’un chien dans un jeu de quille, et qui, parce qu’elle a donné le ton aux semaines suivantes, l’a poussé vers la sortie d’une entreprise «qui l’avait fait rêver» et d’une expérience professionnelle qui «aurait cartonné sur un CV».

Faire une place aux nouveaux

Une anecdote saisissante, qui nous a rappelé combien intégrer de nouveaux collaborateurs à son entreprise reste un processus délicat, demandant investissement et constance.

Car, tous ceux qui ont eu à gérer cette phase finale du recrutement en ont fait l’expérience : au delà du bon vieux basique d’être au moins présent pour accueillir les nouveaux arrivants le jour J, une bonne intégration ne se résume pas à préparer matériellement la venue de ses futurs collègues, à installer leur poste de travail, à s’assurer que les RH ont arrangé tous les détails administratifs, à leur faire faire le tour des bureaux, et à leur passer un kit d’accueil bien fourni, avec en prime quelques bibelots personnalisés.

Il s’agit en réalité de leur faire une place tout en respectant les dynamiques interpersonnelles préexistantes, de leur créer un espace propre tout en préservant la cohésion de ses équipes, de les aider à s’approprier une culture d’entreprise, tout en se gardant de gommer leur individualité…

Un exercice d’autant plus périlleux qu’en période faste, où l’on a davantage la tête sous l’eau que dans le guidon, le temps et l’énergie nécessaires pour inclure durablement ses nouvelles recrues viennent souvent à manquer.

Jouer la carte de la solidarité pour ses séminaires d’intégration

C’est précisément pour cette raison que se réserver un temps “hors du temps”, spécifiquement dédié aux rapports humains entre les nouveaux embauchés et les salariés de longue date, leurs managers et leurs dirigeants, et durant lequel l’identité et les valeurs de l’entreprise transparaissent en filigrane, est crucial.

Et que parier sur le solidaire pour animer un séminaire consacré aux employés les plus récents est loin d’être une idée farfelue.

C’est en tout cas le choix qu’a opéré le Crédit Agricole Technologies et Services, qui a troqué en 2016, pour la première fois et non sans appréhensions, ses séminaires d’intégration traditionnels contre une nouvelle formule au socle résolument solidaire.

En quête de sens et de renouvellement pour cet événement rituel, cette filiale de la “Banque verte” a, en effet, sollicité notre expertise et a proposé, avec notre appui et à l’ensemble de ses salariés, d’œuvrer aux côté des bénévoles du SamuSocial de Paris, chargés d’inventorier, de trier et de classer les vêtements que l’association distribue aux plus démunis.

Et cela lui a plutôt réussi, puisqu’en plus de l’approbation immédiate des salariés à l’opération, et au sentiment de fierté qu’ils en ont retiré, la branche IT de cette banque coopérative et mutualiste, a vu éclore une authentique découverte des collaborateurs entre eux, cultivée avec soin par la suite, mais surtout a vu s’instaurer une véritable adhésion à la valeur pilier de l’entreprise : “le faire ensemble”.

(Re)Lire l’interview de Marc Do Van Tuan, directeur des ressources humaines et de la communication de Crédit Agricole Technologies et Services

Et c’est justement parce qu’elles permettent aux nouveaux embauchés d’expérimenter, presque charnellement, les valeurs fondamentales de l’entreprise qu’ils viennent de rejoindre, que les initiatives solidaires sont un vecteur hors du commun pour les rallier au collectif et fortifier leur esprit de corps.

2019-11-27T09:34:06+01:0027/11/2019|Ca me regarde... Et vous|

Laisser un commentaire